LES CREATEURS

pour la société : Lè Dzoya de Marsens

"Poyà dè to tin" la rencontre du musicien et du poète

Le musicien: Francis Volery, né le 22 avril 1946

Marié, père de trois enfants, Francis Volery habite Aumont, dans la Broye fribourgeoise, son village d'origine où il est né en 1946 d'une famille paysanne.

Il fait ses études secondaires à Estavayer-le-Lac et à Fribourg, en suivant parallèlement les cours de piano et d'harmonie au Conservatoire de Fribourg.

Il poursuit ses études de musicologie et lettres, mais son attrait pour l'enseignement de la musique le pousse vers l'Institut Jaques-Dalcroze de Genève où il obtient une licence en 1978.

Spécialisé dans la pédagogie musicale enfantine, il ouvre des classes de rythmique et de solfège à Estavayer et devient conseiller pédagogique pour les maîtresses des classes enfantines.

Parallèlement, il assure au CO d'Estavayer l'enseignement du chant et de la musique. Directeur décanal pour les chorales de la Broye, il a composé de nombreuses pièces de musique religieuse ou profane sur des textes de Gérard Plancherel et de Bernard Ducarroz.

Avec Pierre Huwiler, il écrit Les terres de Cantagallo et Le jeu de l'or et du gris sur des textes de Gérard Plancherel.  Sur un texte du même auteur, il compose un "festival" Le pays d'où je viens. En collaboration avec le poète Bernard Ducarroz, il écrit pour choeurs, orchestres et solistes : Les chaînes et le roseau et Terra  (2ème et 3ème Rencontres des chorales de la Broye) et Orphée mon ami (Fête cantonale des chorales d'enfants à Estavayer).

On lui doit aussi, sur un texte de Pierre Savary, Banaudon, créé à Bulle pour la Fête cantonale des chanteurs fribourgeois en 1988. En 1981, il fonde le Choeur de mon Coeur qui rassemble 70 jeunes chanteurs de 15 à 30 ans, anciens élèves du CO d'Estavayer et dirige également la Maîtrise de cette école.

Il dirige, depuis 1989, La Villanelle, groupe folklorique de grande réputation


Le poète Aimé Corpataux né le 29 novembre 1933

Marié, père de quatre enfants, Aimé Corpataux habite Marsens en basse Gruyère.

 Jeune retraité, Aimé Corpataux exerça la profession d'infirmier en psychiatrie à l'hôpital de Marsens. Sa bonne humeur, sa gentillesse et son entregent font de lui un personnage attachant pour qui le service des autres n'est pas un vain mot.

Tout au long de sa carrière, Aimé Corpataux ne ménagea pas ses efforts tant au niveau de son travail que du service de la communauté.

Chanteur et musicien émérite, membre fondateur de plusieurs sociétés, Aimé Corpataux chante à la chorale de l'hôpital de Marsens et au chœur mixte "Lè Dzoyà" à Marsens. 

Le chant choral, les longues randonnées en Gruyère, la mycologie et le jardinage lui laissent malgré tout le temps de prendre quelques fois la plume pour la mettre au service de son entourage.

Poète à ses heures, le patois gruérien, langue de son enfance, n'a pas de secrets pour lui et il a rédigé de nombreux poèmes et chansons dans cette langue colorée.

Le texte de la création " Poyà dè to tin" (Montée à l'alpage de tout temps) est tout en  sensibilité, sans nostalgie sur le passé, brossant sans fioritures la "Poyà" de la vie qui conduit irrémédiablement vers un monde que tous disent meilleur. 

La collaboration d'Aimé Corpataux, le gruérien, et de Francis Volery, le broyard, a permis de ciseler un bijou que les chanteurs garderons précieusement au fonds de leurs souvenirs.

Lè Dzoyà sont fiers de compter Aimé Corpataux dans leurs rangs et souhaite encore passer de nombreuses "poyà" avec lui.